Introduction

Amendements IEEE 802.11 complémentaires

Même si tous ces amendements ont été directement intégrés dans la norme 802.11-2012 ou par l’intermédiaire de la 802.11-2007, il est intéressant de les revoir car ils spécifient des apports technologiques aux normes et deviennent des terminologies qui forment une référence sur le marché.

La norme 802.11 n’avait pas prévu de mécanismes de « Quality of Service  » (QoS). Le mode « Point Coordinated Function » (PCF) fournissait un certain niveau de QoS. C’est une fonction intégrée à la borne qui permet de scruter les équipements connectés. Ce système offre des espaces temps sans contention pour apporter une fonctionnalité de type QoS. Cependant, peu ou pas de constructeurs ont mis en place ce mode opératoire. L’amendement IEEE 802.11e définit les améliorations apportées à la QoS. Une nouvelle fonction appelée « Hybrid Coordination Function » (HCF) a été introduite dans 802.11e. HCF définit des classes de trafic et associe une priorité à l’information à transmettre. L’organisme Wi-Fi Alliance a élaboré, pour le 802.11e, une certification d’interopérabilité appelée « Wifi Multimedia » (WMM).

L’amendement 802.11i vient combler une faiblesse dans la sécurité proposée dans la norme 802.11 d’origine. Les seules sécurités qui étaient implémentées par les constructeurs étaient le « Wired Equivalent Privacy » (WEP), le masquage du « Service Set Identifier » (SSID), le filtrage d’adresse MAC et elles étaient toutes considérées comme des failles de sécurité. Le mécanisme de sécurité « Counter-Mode with Cipher-Block Chaining Message Authentication Code Protocol / Advanced Encryption Standard » (CCMP/AES) a été introduit dans 802.11i.

L’amendement 802.11r a été approuvé en mai 2008. Son objectif était d’offrir une technologie de « roaming » rapide et sécurisé appelé également « Fast Transition » (FT). Dans la mesure où cette problématique n’avait pas été prise en compte dans la norme 802.11 d’origine, chaque constructeur avait implémenté ses propres mécanismes propriétaires. L’IEEE avait tenté de normaliser des techniques de transition pour la technologie de LAN sans fil en ratifiant la recommandation IEEE 802.11F. En pratique, elle n’a peu ou pas été mise en œuvre par les constructeurs. L’objectif principal du 802.11r était de répondre à un besoin de « Fast Transition » pour la « Voice over IP » (VoIP) sur LAN sans fil.

L’amendement 802.11k approuvé également en mai 2008, prend en compte la gestion des ressources radio. Il fonctionne conjointement au 802.11r pour former, ensemble, un service de transition rapide et sécurisé pour les terminaux mobiles. Le 802.11k aide les terminaux sans fil à localiser la meilleure borne pour effectuer la transition, en définissant la technologie à utiliser pour gérer la fréquence radio.

Les trames de management du LAN sans fil telles que les trames d’authentification et d’association 802.11 sont susceptibles d’être des failles de sécurité (attaques « Denial-of-Service » (DoS) ou hijacking). La norme 802.11 ne fournissait aucune protection pour les trames de management transmises sans fil. L’amendement 802.11w apporte un soutien dans ce domaine, bien que cette technologie ne soit pas encore massivement implémentée par les constructeurs.

L’amendement 802.11s adresse le réseau mesh sans fil. Les réseaux mesh sans fil ont été utilisés par les militaires avant d’évoluer vers le domaine public. Les constructeurs utilisaient, depuis des années, des technologies propriétaires et continuent encore malgré l’élaboration de cet amendement. L’objectif d’un réseau mesh est de constituer un réseau sans fil maillé capable de se mettre en place et de se réparer automatiquement. Un réseau mesh est parfois appelé un « Wireless Distribution System » (WDS).